Chroniques plus ou moins logique de tout ce qui attire mon attention et que j'ai envie de partager avec d'autres personnes.

vendredi, avril 14, 2006

Dos estrellas han muerto

Dans le cimetière les croix se dressent, ce sont les morts qui nous tendent les bras, c'est la mort qui nous tend les bras. Pour aller-où ? Où vont les morts ? Où irons-nous tous, où sont allées ces deux étoiles qui brillaient autrefois ? Pourquoi la mort, pourquoi ces crabes de mort partout qui nous prennent les uns après les autres, nous ne savons pas d'où ils viennent et ne cessent pourtant d'arriver ? Le monde s'écroule à présent pour tellement de personnes, il suffit qu'on sache qu'on ne verra plus une personne qu'on a tant aimé pour que tout s'écroule, que tout perde sens. J'ai l'impression que les deux étoiles se sont seulement absentées, que je les reverrai bientôt, c'est bientôt notre tour peut-être. Les années peuvent sembler avoir été des secondes, le temps présent file et nous continuons impatient d'être à demain pour voir le nouveau film de tel ou tel réalisateur, le nouveu livre d'on ne sait trop qui à vrai dire et tout ça nous entraîne irrésistiblement vers une fin à laquelle on ne croit pas. Sans l'amour, tout ça ne serait rien, tout ça ne rimerait plus à rien. Pleurer les morts ne les font pas revenir, mais c'est peut être une façon de leur dire aurevoir et à bientôt, si seulement ce pouvait être à bientôt, si seulement le paradis pouvait un peu déborder et ramener ceux qui n'auraient pas dû partir à l'aube de leur vie ou de leur vieillesse. Dieu, tu es peut-être là, je le souhaite sincérement même si parfois j'en doute je l'avoue, même si à présent les prières se font plus rares, même si la rancœur me prend la gorge et m'empêche de croiser les doigts.